Remparts


Remparts de Québec

Nom de l'aréna: Colisée Pepsi (Colisée de Québec)
Capacité: 15,399
Construction: 1940
Adresse: 250, boulevard Wilfrid-Hamel, Québec, QC, G1L 5A7
Téléphone: (418)525-1212
Grandeur de la patinoire: Réglementaire
Début de la concession: 1969-70 (franchise originale), nouvelle concession en 1997-98
Championnats LHJMQ: Aucun pour l'ère actuelle, 5 pour la première concession
Coupes Memorial: 1 pour l'équipe actuelle, en 2005-06; 1 pour la première concession, en 1970-71
Couleurs: Noir, rouge et beige
Site Web officiel: Remparts.qc.ca
Site Web gestionnaire: Expocite.com
Information touristique: Quebecregion.com
Site non-officiel: Forum Remparts
Google Satellite: Cliquez ici
Anciens Arénas:
Pavillon de la Jeunesse
PEPS de l'université Laval

QMJHL
Colisée Pepsi
Colisee Pepsi
À quoi ressemble l'aréna?
Lorsque j'étais un enfant, les vingt-et-un arénas de la Ligue Nationale de Hockey se classaient de plus jeunes que moi (le Saddledome de Calgary, construit en 1983) à plus vieux que mes quatre grands-parents (le vénérable, très regretté Forum de Montréal, construit en 1924). Au cours de la dernière décennie et demie, la plupart ont été remplacés. Quelques uns sont toujours utilisés dans la LNH (le Madison Square Garden, par exemple). Quelques uns des moins âgés sont toujours utilisés dans un autre contexte (le Civic Center de Hartford est utilisé par le Wolf Pack de la LAH). D'autres ont été tristement fermés et abandonnés (le Memorial Auditorium de Buffalo, toujours un de mes arénas préférés de tous les temps, a été abandonné depuis plus d'une décennie). La plupart de la vieille garde sont maintenant des décombres - le Stadium de Chicago, le Garden de Boston, le St. Louis Arena, le Winnipeg Arena - tous disparus. Et il y a le Colisée de Québec. Toujours ouvert et présentant du hockey malgré son âge avancé, le Colisée est vraiment le dernier de sa génération. Autrefois le domicile des Nordiques de la LNH, la vieille grange est aujourd'hui le plus grand aréna au monde utilisé spécifiquement pour le hockey junior, et tout simplement le meilleur, le plus plaisant et le plus intime des grands arénas existants. Je suis tombé en amour avec l'endroit en 2001 lorsque j'étais en visite pour un match de la LAH où l'aréna était presque vide, et finalement, j'ai fait un retour en février 2007 pour un match junior dans un édifice rempli de plus de 15 000 partisans en délire.

Le Colisée est situé sur le terrain d'Expocité (le site d'exposition de la ville), à quelques kilomètres au nord du fleuve St-Laurent, des falaises et des toits en cuivre du Vieux-Québec. L'aréna est entouré de pavillons agricoles et de terrains de stationnements. Il s'agit d'un long édifice blanc avec un toit arrondi en forme d'arche et un enseigne bleu à l'avant désignant le nom de l'aréna. L'avant est complètement vitré et on peut y voir les escaliers roulants conduisant les partisans aux sections du balcon. La promenade de la voiture jusqu'à l'aréna est frigorifiante au coeur de l'hiver puisqu'il n'y a pas grand chose autour pour bloquer le vent et la neige. L'arrivée dans le hall d'entrée chauffé du Colisée est bienvenue. Le hall d'entrée est sombre, décoré de tons de gris et de jaune foncé tirant sur le doré et il est rempli de partisans excités lors des jours de matchs. Les guichets de la billetterie se trouvent dans le milieu du hall d'entrée. Si vous avez un billet pour le balcon, votre billet sera récupéré à l'entrée des escaliers roulants qui mènent les partisans à l'étage. Si votre billet se trouve aux loges ou aux mezzanines, après avoir franchi les tourniquets, vous aurez le choix de prendre la rampe d'accès à gauche, à droite, ou d'accéder à la boutique de l'équipe directement devant vous. La boutique est extrêmement petite au point où un garde de sécurité est nécessaire pour contrôler le nombre de personnes à l'intérieur, en raison des normes en cas d'incendie. La quatrième option est de franchir une porte étroite qui mène directement au coeur de la section de sièges.

La première vue de l'intérieur du Colisée est une vue impressionnante rappelant la LNH. La place est immense, avec 15 000 sièges colorés qui s'étendent jusqu'au firmament, mais on sent tout de même une intimité qu'on ne retrouve plus dans les nouveaux centres de divertissement de la LNH. Un anneau de sièges rouges (N.D.T.: maintenant bleu foncé) débutent à la baie vitrée et s'étendent environ aux deux tiers de la partie inférieure des sièges. La partie haute contient les sièges bleus des mezzanines. Un balcon est suspendu littéralement par dessus les sièges bleus, comprenant quelques rangées de sièges blancs grisâtres sur les côtés alors qu'ils s'étendent jusqu'au ciel aux extrémités de l'aréna. Le balcon ne faisait pas partie originellement de l'édifice - il a été ajouté lors de rénovations - alors que les accès aux sièges ont été littéralement creusés à même le toit. Les sièges ont été installés partout où ils pouvaient être installés et la forme du toit est la raison pour laquelle il y a tant de sièges aux extrémités de l'aréna et qu'il y en a si peu sur les côtés. Les sièges sont vieux et ils étaient toujours fabriqués de bois lors de ma dernière visite, et malgré qu'ils soient relativement confortables, l'espace pour les jambes n'est pas très adéquat. Un vieux tableau est suspendu au centre de la glace, mais on m'a informé que les sièges et le tableau avaient été remplacés depuis ma dernière visite. Plusieurs bannières occupent le plafond, honorant l'histoire des Remparts, des Nordiques et de quelques autres équipes, incluant les Bulldogs de Québec, champions de la Coupe Stanley en 1911, et les As de Québec, l'équipe originale de Jean Béliveau, équipe possédant mes uniformes préférés de tout les temps.

Se promener dans le Colisée est très facile. Des rampes, des escaliers roulants et des escaliers relient les trois allées de circulation qui entourent complètement l'aréna. Les corridors sont tellement larges que vous êtes assurés de passer à travers un groupe de jeunes jouant un match improvisé de mini-hockey sans toutefois les déranger, puisque l'espace est suffisant pour les accommoder. Certaines expositions meublent les corridors, honorant tous les utilisateurs du Colisée, en partant des Nordiques jusqu'au Tournoi International de hockey Pee-Wee, tenu annuellement dans cet édifice. Le système d'accès à l'aréna est le même qu'à l'ancien Auditorium de Buffalo, système qui n'est pratiquement plus utilisé aujourd'hui: les entrées sont échelonnées, ce qui veut dire que vous pouvez atteindre un siège de la section inférieure en allant vers le haut à partir du corridor du niveau des loges, ou en allant vers le bas à partir du corridor au niveau des mezzanines. C'est un système tellement simple et efficace qu'on peut se demander pourquoi les arénas modernes ne l'utilisent pas. Au balcon, vous vous retrouvez toutefois coupé du reste de l'aréna, puisque, tel que mentionné plus haut, les entrées sont coupées à travers le toit, ce qui signifie que vous entrerez par une ouverture en angle de 45 degrés. Les escaliers menant aux sièges sont relativement inclinés et la position du balcon au-dessus des sièges inférieurs est presque épeurante, mais la vue sur la surface de jeu est incomparable à ce qui se fait partout ailleurs au hockey junior. Les seuls mauvais sièges sont ceux situés au fond des mezzanines, où le balcon coupe la vue du tableau indicateur.

Une fois le match débuté, l'atmosphère de l'endroit le démarque de partout ailleurs. Les partisans sont dingues, criant tout le long du réchauffement et pendant tout le match également. L'annonceur est raisonnablement bon, mais le seul anglais que vous entendrez pendant le match vient de la foule qui crie fréquemment "Go Remps Go". Lorsque les Remparts marquent, le fameux "Olé-Olé-Olé" est entonné plein volume par 15 000 voix. Le tableau est vieux et sans animation, mais dans une place comme le Colisée, un écran vidéo ne ferait que nous soustraire de l'ambiance de l'aréna. Les installations sont adéquates pour un vieil édifice - les salles de bains sont spacieuses, de la nourriture décente est servie un peu partout à des prix raisonnables (incluant les à côtés québécois comme les chiens-chauds et la poutine). Les employés sont compétents - le responsable des billets réservés ne pouvait pas trouver mes billets, mais il a fouillé de fond en comble pour finalement les retrouver, tout ça en s'exprimant dans un français ralenti que je pouvais facilement comprendre malgré mon français "valable seulement selon les standards d'un anglo-Ontarien". Les meneuses de claques du Colisée n'ont rien fait d'extraordinaire, mais ce n'était pas nécessaire - elle étaient toutes magnifiques, et rivalisent avec celles de l'I-P-É pour les plus jolies du hockey junior.

Le seul point déplaisant, et c'est quelque chose qu'on remarque partout à travers le Québec, est que la foule parle sans arrêt tout au long des hymnes nationaux. Je préfère la tradition européenne de jouer les hymnes nationaux seulement lors des compétitions internationales. Je crois que de jouer les hymnes nationaux avant chaque match est une tradition dépassée datant de la deuxième guerre mondiale, et que de les jouer avant chaque match diminue leur importance en les faisant interpréter par des divas en devenir et des chorales de maternelle, mais quand l'hymne est joué, vous êtes aussi bien de leur porter attention. C'est dérangeant, mais d'identifier spécifiquement les partisans des Remparts n'est pas juste, puisque c'est un comportement que j'ai remarqué à tous les arénas de la LHJMQ où je suis allé et qui sont situés au Québec.

Le Colisée est le dernier édifice de la vieille garde de la LNH toujours en opération, et il est en excellent état malgré qu'il soit âgé de plus de 65 ans. L'atmosphère y est incroyable et la vue est excellente peu importe le siège où vous vous situez. De plus, 15 000 partisans pour un match de hockey junior fait en sorte que c'est un évènement à tous les matchs. Il s'agit de mon aréna préféré à travers le monde entier et si vous êtes un fan de hockey, vous vous devez d'assister à un match au Colisée pour y vivre du hockey de haut niveau à la manière à laquelle c'était présenté autrefois. Quinze ans, ce n'est pas si vieux, mais pendant ces quinze années, tous les grands arénas datant d'avant les années 60 ont disparus excepté celui-ci. Ça vaut le détour!
Développements futurs
Le Colisée Pepsi a été rénové à l'été 2007. L'endroit a maintenant un tableau avec écran vidéo et des sièges confortables ont été ajoutés au niveau inférieur. Je me suis fait dire que l'atmosphère n'avait pas changé malgré les modifications. Une nouvelle photo peut être vue ici.
À l'intérieur du Colisée Pepsi
Colisee de Quebec

Comment s'y rendre

De l'autoroute 73: Sortez au Boul. Wilfrid-Hamel et continuez vers l'est. L'aréna sera à votre gauche.

Le stationnement se trouve sur le site en deux endroits. Le plus près sur le site de l'aréna est gratuit, tandis que le lot voisin coûtait 6$ lors de ma visite. en 2007.
Coût d'admission
Adultes: 12,00$
Séniors: 9,00$
Étudiants (13 ans et +): 7,00$
6 à 12 ans: 5,00$
5 ans et moins: Gratuit
Historique de la concession
La franchise originale des Remparts était un membre fondateur de la LHJMQ en 1969, et leur histoire datait de bien avant dans la vieille LHJQ. Toutefois, la compétition de la LNH et les baisses d'assistance tant au Colisée qu'à son voisin, le Pavillon de la Jeunesse, ont forcé le départ des Remparts en 1985. Ils ont passé quelques temps à Longueuil et Verdun avant de disparaître en 1994. Toutefois, la région de la Capitale n'est pas restée longtemps sans hockey junior, alors qu'une banlieue de Québec, Beauport, se vît octroyer un club d'expansion, les Harfangs, en 1990. Ils ont joué pendant sept ans au minuscule Aréna Marcel-Bédard avant de reprendre le nom et les couleurs de l'ancienne franchise et de déménager au PEPS de l'Université Laval en 1997. Deux ans plus tard, les nouveaux Remparts ont fait un retour au centre-ville et ont ré-établi leur résidence au Colisée.
Chandails retirés
4 Guy Lafleur
12 Simon Gagné
22 Alexander Radulov

Rivaux locaux
La rivalité entre les Remparts de Québec et les Saguenéens de Chicoutimi est, en un mot, intense. Les partisans des deux équipes sont un peu fou et la haine est palpable entre les deux groupes, et ça peut aller parfois jusqu'à attaquer l'autobus des visiteurs. Pour dire vrai, plusieurs équipes du Québec et d'ailleurs ne semblent pas vouloir épargner les Remparts et vous devriez être assurés d'avoir un bon match peu importe l'adversaire.
À l'intérieur du Colisée Pepsi
Colisee de Quebec

Commentaires

Si vous trouvez une erreur ou si vous avez quelque chose à ajouter, envoyez moi un courriel à email et je ferai une mise à jour du guide.





Copyright © Kevin Jordan 2002-07.
All rights reserved.
Last Revised: September 14, 2007